titre Carre.png
vignette podcast motif 2 B.jpg

La maison Carrée est réalisée en 1959 par l’architecte finlandais Alvar Aalto pour le galeriste et collectionneur français, Louis Carré. Située à Bazoches-sur-Guyonne, il s’agit de l’unique œuvre de Alvar Aalto en France. Cette villa est considérée comme une œuvre d’art total car elle prend, en plus de l’architecture, tout l’aménagement intérieur.

 

QUELQUES MOTS SUR Alvar Aalto

 

Alvar Aalto est né en 1898 en Finlande. C’est un architecte, dessinateur, urbaniste et designer adepte du fonctionnalisme et de l’architecture organique. Marquées par le style nordique, ses œuvres présentent des coloris épurés, en lien avec la nature, des tons chauds et naturels. La carrière de l’architecte se caractérise notamment par un design d’art total dans lequel il créé non seulement des bâtiments mais également ses meubles, jusqu’à ce que certains soient industrialisés. Ses édifices s’intègrent harmonieusement dans le paysage. Aalto s’inscrit également dans le mouvement moderne en architecture, initié par Le Corbusier mais, plus jeune, il apporte sa propre vision dans un style plus organique, avec du bois, des lignes courbes pour des volumes plus humanistes et plus chaleureux.

vignette podcast motif 2.jpg
MLC plan échantillons.jpg

La visite

 

Tout dans la maison est d’origine et pensé avec un grand souci du détail et d’intégration dans l’environnement. Celle-ci se situe en pleine nature sur une colline, son environnement est calme et paisible. Dans l’entrée, le visiteur est accueilli par une voûte répondant au critère de Louis Carré selon lequel la maison devait être petite à l’extérieur et grande à l’intérieur. En effet, cette voûte de 4 mètres conçue en bois finlandais, un pin de Laponie, prolonge la pièce en se déployant sous la forme d’une vague. Bien que la forme extérieure de l’architecture soit linéaire, Alvar Aalto est connu pour ses formes organiques. Cette maison servait en partie d’espace d’exposition aux œuvres collectionnées par Louis Carré, justifiant des volumes très ouverts car le hall servait de galerie d’art dans lequel l’espace permettait leur mise en scène. Alvar Aalto, fasciné par le Japon, où il s’est plusieurs fois rendu, glisse certaines références à cette culture telle que la paroi séparant le vestiaire de l’entrée.

La salle à manger est quant à elle dominée par une longue table en acajou autour de laquelle trônent des fauteuils 45, en bouleau avec un cuir noir, plus tard industrialisés. Cette pièce illustre le concept du mobilier dans la maison : un mobilier standard dessiné par l’architecte et un mobilier unique spécialement créé pour la maison. Les luminaires sont adaptés aux œuvres qu’ils mettent en valeur par des éclairages donnant à la fois sur le mur et sur les tables. Cependant, Aalto accorde beaucoup d’importance à l’éclairage naturel d’où la présence de nombreuses ouvertures sur l’extérieur et également au plafond, créant des puits de lumière et communiquant avec des parois courbées sur lesquelles la lumière se reflète. La salle à manger est une pièce chaleureuse et sophistiquée avec un mobilier très contemporain mais assez minimaliste. Les tonalités sont neutres, champagne, blanc cassé sur les murs, cette notion de chaleur contraste avec la modernité des dossiers des sièges et du bois sombre.

Dans le salon, la présence de fauteuils bas renforce cet aspect chaleureux et convivial en invitant l’usager à s’y asseoir longtemps. Une nouvelle fois, l’humain est au centre de la nature en évoluant derrière de grandes baies vitrées. L’escalier pour accéder à cette pièce est monumental par ses marches très larges et profondes venant épouser la courbe de la colline. Il est également intéressant d’avoir intégré un contraste coloré dans les marches en chêne car près du bord, une petite baguette en teck permet de les différencier visuellement. Dans chaque pièce, une réponse fonctionnelle est apportée par l’architecte. Une cheminée en briques blanches, comme l’est l’extérieur de la maison, siège dans la pièce. Dans le mobilier, il est aisé de percevoir l’intérêt d’ Alvar Aalto pour la technique de cintrage du bois. Ses tables gigognes faites de cinq pièces en bois cintré, aux pieds en éventail contribuent elles-aussi à faire entrer la nature à l’intérieur.

 

Bien que le style soit plus stylisé et géométrique, une forte inspiration de l’art nouveau se dégage de l’ensemble de cette architecture intérieure. La palette des textiles est neutre mais une touche de sergé bleu marine se trouve sur les canapés. Du cuir beige et des détails de cuir tressé sur les accoudoirs sont développés depuis les années trente par Aalto, rendant le mobilier confortable, solide et lui apportant une esthétique organique. Volontairement, les couleurs du mobilier sont neutres pour laisser de l’ampleur aux couleurs des œuvres exposées. Un grand tapis aux motifs géométriques, dessiné par la seconde épouse de l’architecte, Elissa Aalto, est disposé à l’entrée du salon. Sur le blanc cassé se distinguent les motifs rouges, créant un contraste avec la tonalité du reste de la pièce mais marquant le passage entre l’escalier.

Pénétrons désormais dans la bibliothèque aux rayonnages en chêne et au canapé au motif tartan, dont le plafond bas, comme celui du salon, ne rendent que plus intimistes les espaces.

 

A l’étage, la chambre de Louis Carré est à dominante bleu marine. Le mobilier est en teck  et le code maritime très présent, en référence à la passion d’Alvar Aalto.

Les poignées de porte sont dessinées spécialement pour la maison, en bronze, cuir noir tressé et cuir naturel pour les parties privées, les chambres.

Dans la chambre de son épouse on a des bleus plus clairs, plus frais, avec des apports de miroirs, des surfaces blanches, des bois plus légers, du bouleau, du hêtre, du sycomore... Encore un dressing qui offre un miroir intégré. La chambre est plus petite que celle de son mari mais le dressing est plus grand. Les poignées de porte sont dessinées spécialement pour la maison, en bronze, cuir noir tressé et cuir naturel pour les parties privées, les chambres.

Enfin, dans la chambre de Madame Carré, les couleurs sont plus douces. Un bleu clair frais, des surfaces blanches viennent renforcer cette douceur.

 

Dans l’ensemble de la maison, les éléments sont fonctionnels et non purement décoratifs, ce qui est nouveau pour l’époque.

 

 

Ici s’achève notre tour d’horizon de la majestueuse Villa Louis Carré.

 

Merci pour cette visite et à très bientôt pour une nouvelle expérience chromatique !

entree.png
sam.png
salon.png
bureau.png
chambre.png
Vignette ausha.JPG

Episode Hors-série

#06 Maison Louis Carré

Interview de Asdis Olafsdottir, Directrice de la Maison Louis Carré et Docteur en Histoire de l’Art avec la publication d’une thèse sur le mobilier créé par Alvar Aalto.